Comme quelques autres louseuses de la blogosphère, je n'ai pas que des bons souvenirs des 1er avril.

Moi qui était souvent la première à fanfaronner des blagues ce jour là, depuis Le jour où je me suis faite doubler par une baleine , c'est terminé. L'année dernière encore j'apprenais ce maudit jour qu'une de mes amies était atteinte d'un cancer du sein.

 

Cette année c'est moi qui vais faire une blague au poisson d'avril.

Regardez plutôt !

 

Divers-9433-AVRIL.JPG

 

 

Et toc !

Alors qui me suit ? Miam ? :D

Parce que cette publication fait suite à cet article là : link

 

Non il ne s'agit pas d'un bébé couette !

Non je ne suis pas enceinte ! Enceinte j'étais pourtant un peu comme ça oui. lol

 

Eh oui, je voulais montrer ce que c'était d'avoir le ventre vide depuis 14 mois, à quelques jours du J1.

Je voulais montrer que c'est aussi ça. Il n'y a pas que des ventres plats après avoir été ballonnée.

 

Je ne me plains pas de ce ventre. Je ne m'en plains pas parce qu'il a été rempli de bonheur.

Je ne m'en plains pas du tout, même s'il est vrai que si je pouvais encore perdre deux kilos et arriver à mon poids de PMA, cela serait une bonne nouvelle.

 

Je voulais seulement montrer à celles qui sont mal dans leur peau à cause de leur corps qui ne veut pas leur donner d'enfants, mais aussi à cause des traitements PMA qui déforment, à celles qui viennent de perdre leur bébé suite à une IMG, qu'elles ne sont pas seules à avoir du bide alors qu'elles sont vides !

 

Rien de plus cruel que d'avoir du bide et d'être vide quand on fait ou quand on a fait PMA.

Je sais de quoi je parle.

J'ai subi cinq traitements FIV.

J'ai déballonnée deux fois.

J'ai connu les affres de l'après ballonnée avec l'IMG.

Cette dernière expérience reste la pire : être encore grosse mais vide d'un enfant qui vient de mourir.

Devoir continuer à mettre pendant quelques temps des vêtements de grossesse qui étaient des promesses d'avenir et qui ne sont plus que des promesses de souvenir.

 

Aujourd'hui je cherche un peu de dérision dans tout ça.

Parce que moi j'ai eu ma gâterie (mon oisillon-bernique-petit lapin devenue médusette) donc cela m'est plus facile également de le faire. Mes plaies se sont refermées, les cicatrices sont néanmoins toujours là (observez bien la photo ;)).

 

Et je voulais aussi témoigner que ce n'est pas si dramatique que ça d'être ronde du bide.

Ca, me direz-vous, on le savait déjà, mais dans le cas d'un ventre plein ! ;)

 

Quand la mode est à la taille basse et aux blouses ça présente un avantage !

Oui il faut toujours voir le côté plein du verre ! ;)

 

Je ne fais pas pour autant l'apanage du "gros" (il est mieux d'avoir un poids "médian" pour une meilleure qualité ovocytaire), seulement je voulais que cet article, en ce maudit jour, soit l'occasion d'en faire sourire quelques une qui aujourd'hui ne voient pas le bout du tunnel parce que leur corps leur fait défaut.

 

Sachez mes copinettes aux ventres vides, qu'il y a de jolis défauts !

Vous êtes belles avec, continuez à vous projeter !

Moi je vais faire ça aujourd'hui et puis je vais essayer aussi demain et après-demain et après-après-demain et ainsi de suite ;)

 

Oserai-je pour autant écrire "joyeux premier avril" ?

Non, les 1er avril restent des jours où j'appréhende toujours l'annonce d'une mauvaise nouvelle (je publie d'ailleurs en matinal, la journée ne fait que commencer...), des jours que je commémore à ma façon, des jours où je regarde derrière pour ne pas me plaindre du présent.

 

Mon 1er avril 2011 : trois ans déjà après l'annonce programmée de notre petite fleur. Trois ans ! Elle en aurait donc 2 et demie. Je ne suis pas triste en écrivant cela. Je pense mon deuil fait. Résilience ça s'appelle.

 

 

Retour à l'accueil